samedi 5 septembre 2009

Inglorious Basterds de QT

Je pensais en y allant, et cela durant toute la projection, aller voir un film des frères Coen, un peu déçu par le dernier je l'avoue : un Burn After Reading pas exceptionnel. Honte à moi, je devais avoir la tête ailleurs puisqu'il s'agit bien d'un film de Tarantino et certains détails prennent alors tout leur sens, notamment les annonces graphiques des noms de certains personnages à l'écran.
Inglorious Basterds donc, à voir sans aucun doute car il constitue un bon divertissement, et une œuvre de très bonne qualité, j'entends par là qu'on ne s'ennuie pas et que ce travail est très précis et graphiquement impeccable. L'intrigue est bonne, la majorité des dialogues sont excellent , les plans sont précis et le jeu des acteurs OK.
Ceci fait une bonne moyenne mais en regardant plus en détails, il y a en fait du très bon et du mauvais. Certaines scènes sont de petits chefs d'œuvre, dramatique principalement, la tension est parfois extrême et très bien retranscrite, bien que certaines musiques associés avec une tonalité intéressante soit trop lourde sur le rythme et viennent presque gâcher la performance. Le problème est que Tarantino essaie de nous faire rire tout en maintenant cette tension dramatique, et là hélas, ça ne marche pas, il y a conflit.
Le jeu des acteurs maintenant : comme l'ont fait beaucoup de personnes, j'ai remarqué le jeux exceptionnel, juste et précis de l'autrichien et d'ailleurs récompensé pour ce rôle à Cannes, Cristoph Waltz qui relève très haut le niveau du film. Ce qui m'a déçu c'est le jeu de Brad Pitt qui en forçant son accent débile dévoile trop son jeu et l'on peut voir l'acteur derrière le personnage. Cependant, quand il faut, ce détail fait son effet et provoque le rire, mais il faut un plan large et suffisamment de distractions pour ne pas se focaliser sur un seul personnage, foule autours des sujets, discussion à plus de trois personnages...
J'ai trouvé aussi, un peu trop violent, ce film qui est tragique, parfois comique et essaye de mélanger les deux sans vraiment laisser la place au second. Trop violent donc, même si on apprécie de tout voir et de façon réussi : une tête se faire mitrailler, de la peau se faire couper au couteau, ...(il dit pas tout) et tout ça en plan serrée.
Le hic enfin, lorsque Tarantino essaye de nous faire prendre du plaisir en contemplant une scène de massacre, de méchants certes, mais un massacre humain tout de même. On touche un niveau plus philosophique ici, cette scène parait comme une vengeance en image, légitime et devant être jouissive, je vous laisse imaginer la scène avec des américains innocents dans une salle américaine (pour ceux qui l'ont vu). Jouissive pour qui? Je ne sais pas! puisque ce film fait référence à un passé qui reste douloureux, à un moment de l'histoire qui a bien eu lieu, l'extermination en masse des juifs d'Europe. Difficile à mon avis de rire pour un fils ou une fille de déporté en regardant la première scène. Cette scène donne en fait tout de suite un ton auquel on ne s'attendait pas. Inglorious basterds n'est pas assez fictif à mon gout. C'est aussi peut être moi qui n'ai pas assez de détachement (les beaux paysage de montagne m'auront ramolli). Quand on voit la bande annonce, on s'attend à un gros délire, une bonne marrade et c'est le cas. Mais pas que, et surtout pas que. On peut aussi penser que c'est une volonté de Tarantino de cultiver ce contraste pour créer un décalage, le contraste entre un raffinement extrême et un grotesque banal, un dramatique intense et un comique facile, une histoire pesante et des dialogues légers, une violence extrême et gratuite et une certaine joie de vivre.
Ce film est bien évidemment à voir et à revoir et est truffé de petit détails savoureux comme nous y a habitué Tarantino. On regrettera la faiblesse des dialogues en français qui ne sont visiblement pas là pour être compris. On imagine aussi qu'il y a eu un gros travail sur les accents allemands mais cela reste à confirmer.
Quand aux effets graphiques du maitre cinéaste, ils ne sonnent pas toujours juste et ceci est dommage car vient dégrader ce qui semble être un immense travail et d'une qualité parfois grandiose. Pour terminer, mourir en robe rouge, c'est quand même plus classe.



Plus d'infos sur ce film

2 commentaires:

Sparklinblonde a dit…

En effet je pense que le décalage du film est voulu par Tarantino. Il nous a d'ailleurs toujours accoutumé à ce décalage hilarant. Ma scène préférée est celle ou Melanie laurent quitte sa "chambre" dans le ciné toute maquillée avec sa robe rouge et que la scène est filmé d'en haut, par dessus les murs et tout avec une musique d'enfer :D

Philippe a dit…

Je suis d'accord à moitié, j'ai vu le film, quelques bonnes trouvailles comme toujours mais ce n'est pas le meilleur et de loin, Brad Pitt en plus ne m'a pas convaincu du tout(très bonne critique ceci dit)

Enregistrer un commentaire

Blog Widget by LinkWithin